Passionnément Delta

Passionnément Delta

1979 - 1982, une sage berline de gamme intermédiaire...

 

En 1969, la vénérable firme italienne créée en 1907 par Vincenzo Lancia intégrait le groupe Fiat.

Les produits de la marque jouissaient d’une excellente image : luxe et prestige, raffinement technique et performances. Mais le soin apporté à la fabrication et les solutions techniques mises en œuvre avaient un prix et les Lancia étaient chères.

 

Au moment du rachat par Fiat, la gamme était composée de la berline Flavia, vendue à 102 732 exemplaires en 14 ans de production et des Fulvia, 338 996 unités produites de 1963 à 1976.

La première Lancia développée sous la tutelle de Fiat fut la Beta, sortie en 1972, déclinée en coupé dès 1973, en HPE l’année suivante et sous la forme de l’originale Montecarlo en 1975 qui allait servir de base en 1981 à la 037 de rallye.

 

En 1974, Giovanni Sguazzini remplaça Ugo Gobatto à la tête de l’entreprise et définissait un programme de trois nouveaux modèles pour la marque. Une carrosserie deux volumes, la Delta dont la sortie était planifiée pour 1979 ; sa déclinaison à coffre, la Prisma, devant sortir en 1982 ; et enfin, la future remplaçante de la Beta, la Thema, devant être disponible quant à elle en 1984.

 

 

Le cahier des charges de la future Delta, désignée sous le nom de code Y5 précisait qu’elle utiliserait la plate forme de la Fiat Ritmo avec qui elle partagerait également les groupes motopropulseurs.

Dans ce cadre contraignant, les ingénieurs Lancia purent cependant donner toute la mesure de leur talent, modifiant largement la base qui leur était confiée, portant l’empattement de 2450 mm pour la Ritmo à 2475 mm pour la Delta. Le plus grand soin fut notamment apporté aux liaisons au sol. La suspension arrière reprenait celle de la Beta, à l’avant on trouvait des bras transversaux avec une barre antiroulis.

 

 

 

 

 

 

De la même manière, les moteurs 4 cylindres à simple arbre à came en tête empruntés à la Ritmo furent optimisés afin de fournir 75 cv à 5800 tr/mn pour le 1301 cm3, au lieu de 65 cv pour la Fiat et 85 cv à 5800 tr/mn pour le 1499 cm3 (75 cv pour la Fiat).

 

 

La carrosserie devait être une cinq portes à hayon. Pour son dessin, le styliste maison, Piero Castagnero fut mis en concurrence avec Giorgetto Guigiaro, fondateur d’Italdesign.

Au moment des premières esquisses de la future Lancia, Guigiaro avait à son actif, rien moins que les  Maserati Bora et Merak, les Alfa Roméo Alfasud et Alfetta, la  Lotus Esprit, sans oublier les Volkswagen Passat et Scirocco et la Golf première du nom.

 

 

Sa proposition pour la nouvelle Lancia, aux formes personnelles très anguleuses l’emporta naturellement.

 

 

 

Le même soin fut enfin apporté à la fabrication de la Delta qu’à sa conception, étant produite sur le site de Chivasso, disposant des systèmes de contrôle des tôleries et de l’atelier de peinture parmi les plus modernes du monde. Elle était une véritable Lancia assumant pleinement l'héritage et les valeurs de la marque.

 

 

 

 

 

Téléchargez le catalogue 1979 au format pdf

 

 

La presse en parle...

Dans son numéro du 15 septembre 1979, l’Auto-Journal saluait la présentation de la Delta au salon de Francfort par ces mots :

Image


« Longuement étudiée, la Lancia Delta a jouée les coquettes et quelques jours avant sa présentation officielle, il était encore bien difficile d’en connaître les caractéristiques.
Rappelons que la carrosserie, avec hayon descendant jusqu’aux pare-chocs, adopte une nouvelle calandre qui sera commune à toutes les Lancia.
La suspension est tout à fait différente de celle de la Ritmo avec quatre roues indépendantes à ressorts hélicoïdaux. Deux moteurs sont proposés, un 1301 de 75 ch et un 1498 de 85 ch DIN.
La 1300 peut recevoir une boite quatre ou une boite à cinquième longue, tandis que la 1500 est dotée d’une boite à cinq vitesse continues, moins économique mais plus nerveuse : la cinquième 1500 tire 28.6 km/h par 1000 tours tandis que la cinquième 1300 développe 31.8 km/h.
Les vitesses sont de 160 à 165 km/h et en France, la puissance fiscale s’échelonne de 6 à 8 CV.
L’empattement est de 2.47 m pour une longueur de 3.88 et une largeur de 1.62 m.
Beaucoup de soin a été apporté, avec la collaboration de SAAB en Suède, pour la protection de la carrosserie et pour le chauffage. Par ailleurs, la Delta dispose d’un volant réglable, d’une montre numérique à 15 fonctions d’un pare-brise feuilleté et d’un réservoir de 46 litres en position de sécurité sous le siège arrière. Les pare-chocs enveloppants en plastique armé peuvent reculer un peu sans dommage pour la carrosserie »


Le 1er décembre suivant, l’Auto-Journal testait la version 1500 et concluait ainsi :

Image


« Après avoir longuement roulé et à l’examen des résultats de tous nos essais, peut-on pour autant conclure que la Delta plane au-dessus de la concurrence ?
Ce serait aller un peu vite en besogne mais il semble que la nouvelle Lancia possède pas mal de cartes maîtresses dans son jeu. Bien entendu elle doit encore être mise à l’épreuve du temps, avec plusieurs dizaines de milliers de kilomètres, pour savoir si un défaut caché n’apparaîtra pas à l’usage.
D’ores et déjà nous aimerions qu’elle soit moins lourde, un peu plus silencieuse et avec un coffre plus logeable, en position normale. Pour le reste, les ingénieurs Lancia ont effectués un travail très sérieux sans pour autant sacrifier à la vogue actuelle des voitures passe-partout et tellement économiques qu’elles en perdent toute saveur.
La Delta s’adresse à ceux qui aiment encore conduire, aux amateurs de travail bien fait. Une fois bien installé derrière son volant chacun rêve de rouler sur de longues étapes… sans contrainte. »


Pour l’action automobile et touristique, dans son numéro de décembre 1979,

Image


« la Delta 1500… sans opérer de révolution spectaculaire, donne un bon exemple d’une réalisation bien pensée, techniquement sérieuse, discrète dans sa réalisation, efficace dans sa dynamique, intéressante par l’agrément général qu’elle procure. On retrouve là certaines des qualités qui ont fait le renom de Lancia »

 

La Lancia Delta, voiture de l'année 1980...

Pour Lancia, le travail fut effectivement bien fait, puisque la Delta recevait le titre de voiture de l’année 1980 devant l'Opel Kadett et la Peugeot 505…

 





 



29/04/2011

A découvrir aussi